On dit souvent que le soufisme est une saveur et qu’on ne peut le connaître qu’en y goûtant.

Ces séances de méditations sont l’occasion d’expérimenter cette saveur à travers les invocations pratiquées dans la voie soufie. Ces invocations étant désignées par le terme « dhikr » (qui signifie à la fois : souvenir, remémoration, invocation).

L’influx spirituel véhiculé par ces invocations illumine le cœur du pratiquant. Le dhikr embrase petit à petit le cœur et le purifie, pour ne plus laisser place qu’à l’amour inconditionnel et à l’unicité divine

Dates :

  • 15 septembre 2017
  • 17novembre 2017
  • 15 décembre 2017
  • 19 janvier 2018
  • 23 février 2018
  • 27 avril 2018
  • 18 mai 2018

Les intervenants sont des membres de la voie soufie Qadiriya Boudchichiya

Lieu : Théâtre de l’Etincelle 14 place des études, AVIGNON

Début : 20h00

Durée : 2h environ

PAF : 5€ (tarif réduit : 3€)

Parking à proximité : Parking Jean Jaurès (cours Jean Jaurès, à mi-chemin entre gare SNCF-centre et place des études).

Renseignements :

06 20 33 02 96

avignon@isthme.org

www.soufisme.org

 

  • 27 octobre 2017 : Conférence de Marie-Hélène et Bruno Dassa

« La transformation intérieure »

Lieu : Théatre de l’étincelle 14 place des études, Avignon

Horaire : 20 h

PAF : Tarif réduit : 6 € ; tarif plein : 8 €

 

  • 16 février 2018 : Conférence de Mohammed Nabil

« Liberté, Egalité, Fraternité en Islam ?»

L’intervenant :

Mohammed Nabil est un jeune chercheur pleinement investi dans la formation des acteurs religieux et le dialogue inter-religieux en France. Il a accompagnée des structures publique et privée en tant que conseiller autour des questions de la prévention de la radicalisation. Il réussi à concilier des savoirs traditionnels et modernes, faisant ainsi le pont entre les deux rives de la méditerranée au travers son parcours éclectique : formation aux sciences de la tradition musulmane en France et au Maroc. Il est diplômé de l’IST, pensée et présences musulmane en occident.

Pleinement conscient des enjeux de son époque, il cherche à permettre autour de ses interventions à favoriser la compréhension mutuelle des différentes composantes de la société française afin de faciliter et apaiser le vivre ensemble.

Lieu : salle de conférence audiovisuelle Jean-Louis Barrault, 6 rue Perrin Morel à Avignon

Horaire : 20 h

Entrée gratuite.

 

  • 23 mars 2018 : Conférence de Marie-Hélène et Bruno Dassa

« La culture du non jugement »

A rebours de l’éducation actuelle qui nous conduit sans cesse à tout peser, à tout mesurer et à tout qualifier, les soufis prône la culture du non-jugement. Celle-ci se base sur la distinction entre d’un côté une claire discrimination pour ce qui concerne des choses et les actes, et de l’autre les êtres humains, qui se situent bien au-delà. Comme le disait Pascal, « L’homme dépasse infiniment l’homme ».

L’une des tendances les plus profondes du « moi » est de ramener les choses et les êtres à ce que l’on en connaît, à les catégoriser, à les réduire à l’image que nous nous sommes fait d’eux. Pour le « moi », ce regard posé sur l’autre est une façon d’exister, c’est à dire de se situer par rapport à autrui, mais aussi d’avoir le sentiment de dominer son existence en générant un ordre à partir de lui-même. Tout ceci est fondé sur ce que les soufis appellent le « mizan » (litt. : la balance), c’est à dire le jugement de soi et d’autrui. Pour dépasser nos limites, il nous faut « casser la balance qui est dans nos têtes ».

La connaissance spirituelle est directement liée à la perception de ce qu’il n’y a pas d’autre réalité que Dieu. Rien n’existe en dehors de Lui, et il n’y a pas d’autre agent que l’Etre divin. Le jugement constitue donc une entrave profonde à la connaissance spirituelle, en ce qu’il empêche une perception unifiée de l’existence et des êtres Le jugement, et à fortiori la médisance, empêchent tout accès à la connaissance spirituelle parce qu’ils relèvent d’une conscience intérieure tournée non pas vers la réalité divine, mais vers les seules réalités sensibles de ce monde.

Lieu : Théatre de l’étincelle 14 place des études, Avignon

Horaire : 20 h

PAF : Tarif réduit : 6 € ; tarif plein : 8 €

 

  • 12 mai 2018 : Soirée Soufie

Contes de Jihad Darwiche & chants sacrés a capella

Ensemble de la Qadiryia Boudchichyia:

Cet ensemble est composé de disciples d’une voie soufie participants régulièrement à

des séances rituelles de « Samââ »,qui reposent sur les techniques séculaires de l’interprétation mélodique de poèmes issus du répertoire de la tradition. Cette lente imprégnation alliée à un travail collectif de synchronisation permet de proposer à un large public un aperçu de l’extraordinaire patrimoine artistique propre au soufisme.

Leurs récitals alternent des psalmodies coraniques avec des chants «a capella » tantôt rythmés, tantôt émouvants et nostalgiques. L’objectif des chanteurs est avant tout de faire partager le plaisir qu’ils éprouvent à interpréter inlassablement ces mélodies qui nous emportent au-delà de nous-même.

 

Jihad Darwich :

Jihad Darwiche est né en 1951 à Marwaniyé, un petit village du Sud-Liban. Son enfance a été bercée par les contes, la poésie et les récits traditionnels de l’Orient que racontaient sa mère et les femmes du quartier.

En 1961, il habite la vieille ville de Saïda, où la tradition du conte est encore vivace. Dans les ruelles étroites, les voisins passent leurs matinées à discuter d’une fenêtre à l’autre et à se raconter les rêves de la nuit (de vrais contes de fées) en buvant le café à la cardamome…

Après avoir étudié successivement à Beyrouth puis à Montpellier, Jihad devient journaliste, métier qu’il exercera de 1975 à 1983. Cette année-là, il rejoint la France où il est d’abord professeur d’arabe avant de devenir conteur en 1984.

Depuis, il anime des veillées de contes où s’entremèlent le merveilleux des Mille et Une Nuits, la sagesse et le sourire. Il intervient également dans les bibliothèques, écoles, ou prisons. Autant de lieux où il anime des ateliers d’écriture, de création
ainsi que des stages de formation à l’art du conte.

Le spectacles :  « Contes drôles et facétieux ». La malice de Nasreddine et d’autres personnages de l’Orient

Lieu : Théatre de l’étincelle 14 place des études, Avignon

Horaire : 20 h

PAF : Tarif réduit : 10 € ; tarif plein : 12 €

 

Pour tous enseignements sur ces différents évènements :

06 77 76 49 41 ; 06 20 33 02 96

avignon@isthme.org

Par courriel

avignon@isthme.org

Par téléphone

06 77 76 49 41

06 20 33 02 96